Audi est le grand vainqueur des 24 heures du Mans 2014 !

Presque trois semaines depuis le dernier article, et environ une semaine de retard sur le récapitulatif des 24 heures du Mans….

L’accélérateur est extrêmement exigeant, il n’y a pas assez de temps pour bloguer ou tweeter, et l’accent est plutôt mis sur la création de valeur pour nos dizaines de start-ups chaque jour.

Avec le retour de Porsche et Toyota après leur troisième tentative, ainsi que la victoire des deux premières manches du championnat du monde d’endurance (Silverstone et Spa), l’édition 2014 des 24 heures du Mans promettait d’être passionnante… et elle l’a été, elle a tenu toutes ses promesses !

Un nombre record de 263 000 personnes sont venues voir Porsche concourir aux 24 Heures du Mans cette année 

Cela grâce à l’engouement autour du retour de Porsche et à la perspective d’une bataille entre les trois constructeurs.

Sur la grille de départ, Toyota, Porsche, Toyota, et Porsche étaient dans cet ordre, avec les trois Audi derrière elles en cinquième, sixième et septième positions, toutes plus lentes que Toyota.

Cependant, la chose la plus cruciale dans une course d’endurance, en particulier une course de 24 heures, est la finition, et donc la fiabilité. Quand on y pense, 24 heures de fourmillement de véhicules intelligents…

À lire aussi : Est-ce un signe ? – Le nouveau Pub Quezac

Après seulement un quart d’heure de course, la Porsche n°14 a été éliminée en raison d’un problème électrique après un long arrêt au stand (près de 45″). Samedi après-midi, une très forte averse a provoqué un accident en chaîne qui a anéanti l’Audi n°3 de Marco Bonanomi et fortement ralenti la Toyota n°8. (responsable de la collision). Depuis le début de la course, chacune des trois équipes marquant des points avait une voiture qui pouvait raisonnablement prétendre à la victoire…

L’autre Toyota, la n°7, s’est échappée progressivement et a dominé la course pendant 14 heures avec une belle régularité, avec presque un tour d’avance sur la meilleure Audi…

Etait-ce le cas ?

Quelle nenni ! La Toyota aux commandes est tombée en panne à 5 heures du matin suite à une coupure de courant, laissant l’Audi n°1 pilotée par Tom Kristensen (neuf fois vainqueur de la course sans succès) prendre le relais tandis que l’autre Audi, la n°2, était retardée de 20 minutes en raison d’un problème de turbocompresseur. Pourtant, après 11 heures de course, l’Audi de tête a été contrainte de s’arrêter aux Hunaudières en raison d’un problème électronique, pour revenir quelques secondes plus tard comme si de rien n’était… pour se retrouver en mode turbo au tour suivant, ce qui l’a obligée à rentrer aux stands et à perdre ses chances de victoire.