Merci Corentin Celton…Adieu !

Après six semaines et demie d’hospitalisation et 42 jours de chirurgie, je vais quitter Corentin Celton, l‘hôpital de l’AP-HP à Issy-les-Moulineaux que j’avais rejoint le 30 mars après la Pitié-Salpétrière et la Clinique Bizet.

Une page se tourne…

Une belle page, évidemment réparatrice, intéressante, et « ressourçante »…

J’en sors avec une toute nouvelle soupape dans le cœur, après six semaines de calme, de lecture, de repos et de contemplation qui m’ont permis de me reconnecter avec moi-même. Je suis également en bonne forme physique après les exercices et les promenades quotidiennes que j’ai effectués. Même si j’ai encore des douleurs au sternum et au thorax, je suis en bonne forme physique après les exercices et les marches quotidiens.

Avant tout, je tiens à remercier le service public et l’AP-HP. Les cotisations sociales, ça sert à quelque chose ! Honnêtement, je ne suis pas sûre que les Français se rendent compte de la chance qu’ils ont. J’ai eu le même niveau de gentillesse, d’amabilité, d’empathie, d’humour et de professionnalisme de la Pitié-Salpétrière que de Corentin Celton.

Presque comme une nostalgie de vacances, sauf que je n’ai que de bons voire de très forts souvenirs de mon passage dans ces deux hôpitaux.

Même si ce n’était pas toujours drôle après l’opération à la Salpétrière parce que j’étais épuisé physiquement et parce que j’étais « enchaîné » à mes électrodes en permanence, tous les jours entre 5h45 et 6h du matin, après une courte nuit où je n’avais pas réussi à dormir, on venait me faire une piqûre d’anticoagulant ! Mais c’était fait avec gentillesse et bonne humeur !

La Salpétrière et le Professeur Leprince m’ont sauvé la vie (même s’il s’agit actuellement d’une opération courante), tandis que Corentin Celton et le Docteur Blanchard m’ont permis de récupérer physiquement (270W à l’épreuve d’effort de sortie contre 170W à l’entrée) et psychologiquement de cette opération difficile et épuisante, ainsi que de savoir quoi faire ensuite (ateliers thérapeutiques sur les risques cardiaques, etc.).

A lire aussi : Rencontre avec un cofondateur et président d’une start-up

L’accueil du CS Panneau au premier étage

Les trois semaines que j’ai passées au centre de réadaptation cardiaque de Corentin Celton (1er étage du bâtiment Patrick Leplat) ont été tout simplement merveilleuses à tous points de vue (bon, alors, il y a eu un petit souci avec les repas, mais c’est normal quand on est en régime hypocholestérolémiant !)

S’il n’existe pas encore de TripAdvisor pour les hôpitaux et cliniques, je posterai mon avis sur le blog pour qu’il soit vu, avec une recommandation forte et sincère.

Mon départ de l’hôpital ne se fera jamais sans une certaine nostalgie et un profond sentiment de gratitude pour l’ensemble du personnel, des médecins et chirurgiens aux infirmières et kinésithérapeutes, en passant par tous les autres.

Si demain je devais subir une réadaptation cardiaque, je reviendrais ici sans hésiter, ravi de retrouver un moment agréable de ma vie (surprenant, n’est-ce pas ? !).

Je remercie tout particulièrement le Dr Jean-Christophe Blanchard, le jeune cardiologue qui s’est occupé de moi tout au long de mon séjour avec compassion et humour, ainsi que Stéphanie, l’infirmière la plus soucieuse de mon bien-être, et Dominique, la coordinatrice des admissions, qui a permis mon transfert depuis Bizet….

Les Antillais, en particulier, ont un petit rire contagieux qui répand la joie et la bonne humeur !

L’aile (Patrick Leplat), qui comprend un service de réadaptation cardiaque, a été inaugurée il y a moins de trois ans. Les couloirs sont immenses, lumineux et colorés même dans l’ombre (4e plan), et il y a des peintures sur les murs.