Plus-de-Bulles.com, dans la filière… et à la rescousse du Champagne !

Globalement, le marché du champagne a reculé de quelques pourcents cette année, avec une accélération de la chute vers la fin de l’année civile.

Cependant, ce n’était rien comparé à 2020, qui devrait être une année catastrophique, avec une baisse du PIB de -30 à -35%, ce qui n’a jamais été vu dans l’histoire de la région Champagne. Non seulement le grand public n’a pas voulu participer aux festivités, mais la fermeture de tous les restaurants et la baisse conséquente de la fréquentation ont fortement réduit un canal de distribution essentiel.

L’ironie de l’histoire veut que l’année 2020 soit particulièrement remarquable en termes de qualité

De ce fait, le site connaît une forte croissance depuis avril – entre 60 et 100 % par mois – grâce à l’iso marketing (re, il est incroyablement facile de booster la croissance du eCommerce en augmentant les budgets publicitaires sur des sites comme Google Adwords ou Facebook – au prix de belles pertes, ce qui n’a jamais été mon credo !)

Historiquement, le positionnement de Plus-de-bulles a été le lien privilégié entre les meilleurs producteurs (tels que les grands vignobles indépendants et les maisons de champagne traditionnelles) et les véritables amateurs de champagne.

Plus-de-bulles ne recherche pas le volume pour le volume, mais utilise plutôt des prix réduits sur les cuvées « de base » ou de premier prix. Il existe un marché pour cela, qui est parfaitement ciblé par la grande distribution.

Pour nous, la cible numéro un, ce sont les vrais fanatiques du champagne qui apprécient les bulles toute l’année, pas seulement à Noël ou pour une fête. On trouve sur le web des centaines de caves et de grands vignobles (environ deux tiers du top 50), ainsi qu’une foule de recommandations élaborées par le sommelier exécutif du restaurant trois étoiles de Pierre Gagnaire (Patrick Borras, avec qui il travaille depuis dix ans !). Des nouveautés régulières avec l’arrivée de nouveaux vignerons talentueux, des cuvées en édition limitée, des exclusivités, un contenu extrêmement complet et détaillé (dont de nombreuses vidéos), un service exclusif et gratuit de conseils en vin personnalisés, une livraison rapide à J+1 ou J+2 car 20.000 bouteilles sont toujours disponibles (avec température et humidité contrôlées), etc.

Personnellement, je suis un grand fan de la rubrique  » nouveaux talents du champagne « , que je consulte fréquemment ! Alexandre Chartogne, Etienne Calsac et Georges Rémy (à ne pas confondre avec Hergé, Georges Rémi et Tintin !) sont les trois nouveaux artistes qui viennent de se faire connaître.

À lire aussi : 6ème investissement de l’ISAI, StickyAds : Félicitations !

Il faut s’attendre à ce que le poids de décembre dans le CA soit inférieur à la moyenne du secteur (environ 20% contre, peut-être, 35% dans la profession), ce qui est une bonne chose étant donné que l’accent est mis sur les amateurs qui boivent du champagne toute l’année. Et l’endroit est situé sur une cible qui n’a pas été touchée par le Covid, et peut-être même beaucoup plus : moins de voyages, plus de temps à la maison, ils en consomment plus. On le voit donc dans la  » redite  » qui s’accélère depuis avril. En août, par exemple, le nombre de commandes émises par la base a augmenté de près de +60%.

Augmentant notre volume d’achat auprès des fabricants, plusieurs d’entre eux nous ont remerciés de les avoir soutenus à un moment où ils peinaient à vider leurs stocks…

En outre, un nombre incalculable d’autres frappent à notre porte en exigeant que nous les distribuions (ce que, malheureusement, nous ne pouvons pas faire).

Par conséquent, l’industrie du champagne compte sur l’aide de Plus-de-bulles pendant cette période difficile. Il y a encore de petits investissements car la société n’a jamais réalisé de véritable levée de fonds : 200K€ au total et pour tout ont été investis…

Avec un lien particulier et indéfectible entre les fans et les producteurs, ce noble objectif nous donne les ailes nécessaires pour mettre un terme à cette activité. Après 12 ans de travail, c’est toujours le premier jour…